Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Équipes de recherche 2012-2016 > Domaines de compétences > Géoarchéologie et sédimentologie > Sédimentologie

Sédimentologie

Responsable : Michel Dubar

Le laboratoire de sédimentologie du Cépam a pour vocation l’analyse des sédiments et le traitement des résultats.

La chaîne d’analyse des sédiments comprend les méthodes classiques de la granulométrie et de la minéralogie (minéraux lourds, minéraux argileux) auxquelles sont adjointes des approches de géochimie (pH, calcimétrie, dosage de la matière organique), des mesures de paramètres physiques comme la susceptibilité magnétique et la radioactivité. De plus, le laboratoire a une longue expérience dans l’étude des minéraux argileux des sédiments et des sols par diffractométrie X. Les analyses s’appuient sur des collections de référence en minéralogie-pétrographie constituées et conservées au Cépam.

Le laboratoire est spécialisé dans l’étude des carottages des séries sédimentaires d’accrétion continue (deltas, lacs, lagunes, etc.) permettant l’acquisition de données avec une très grande résolution temporelle.

Les traitements des résultats en vue de l’interprétation de la dynamique sédimentaire et de la restitution des géoenvironnements sont principalement d’ordre statistique (méthodes des indices d’évolution de Rivière, diagramme de Passéga, analyse factorielle des correspondances) auxquels sont adjoints des traitements informatiques spécifiques : analyse spectrale, chaînes de Markov, procédés ARIMA, conduisant à la modélisation et à la simulation des séries sédimentaires.

Des concepts très réalistes sont maintenant proposés à partir de la représentation des dynamiques sédimentaires dans l’espace des phases. Le but est de définir l’attracteur du système, ce qui est très avantageux car dans le domaine sédimentaire les phénomènes évoluent le plus souvent entre le déterminisme franc et l’aléatoire.