Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Plateaux techniques > Analyse et modélisation des données spatialisées

Analyse et modélisation des données spatialisées

Système d’Information Géographique (S.I.G.) - Un ensemble de principes, de méthodes, d’instruments et de données à référence spatiale utilisés pour saisir, conserver, transformer, analyser, modéliser, simuler et cartographier les phénomènes et les processus distribués dans l’espace géographique. Les données sont analysées afin de produire l’information nécessaire pour aider les décideurs.

Responsable : Gourguen Davtian


En archéologie le développement des moyens d’acquisition, de traitement et d’interprétation de l’information à référence spatialisée a toujours été une préoccupation essentielle, ne serait-ce qu’au niveau de l’enregistrement des données de terrain.

Le développement des outils informatiques de type système d’information géographique au sens large permet d’aborder ce domaine dans des conditions conceptuelles et matérielles entièrement renouvelées.

Ce développement a été cependant accueilli avec un mélange d’engouement et de prudence : le niveau de compétence nécessaire pour maîtriser ces outils et les nouveaux concepts de structuration de l’information nécessaires pour constituer les données ont nécessité la formation d’équipes associant géomaticiens, géographes le plus souvent, et archéologues.

La distinction entre concepteurs de systèmes et utilisateurs est de plus en plus nette. Dans la période récente le département SHS a procédé cependant à plusieurs recrutements d’ingénieur-géomaticien affectés à des fonctions – le plus souvent mutualisées – dans des unités d’archéologie. Outre leur rôle de concepteur et de conseil, ces ingénieurs gèrent des plate-formes matérielles en forte évolution, et des bibliothèques de données en accroissement régulier.

En dehors du CNRS et de l’Université, nos partenaires habituels des services du ministère de la Culture, des collectivités locales ou de l’Inrap mettent en œuvre des systèmes de type SIG souvent dans une optique de gestion patrimoniale sous des formes diverses, mais aussi la plupart du temps avec une volonté d’accompagnement de la recherche. De nombreuses données à usage scientifique potentiel sont constituées dans ce cadre.

Mission
Apporter à l’archéologie des savoir-faire et du conseil en matière :

1. Acquisition des données :
- enregistrement en temps réel des données sur chantier de fouilles,
- protocoles de géoréférencement des images satellitales et aériennes,
- intégration de cartes anciennes.

2. Structuration des données :
- modélisation pour la création de bases de données géographiques en archéologie autour de deux axes principaux : le temps et les échelles multiples.

3. Gestion des données :
- interfaçage des bases de données archéologiques (SGBD) et des SIG,
- gestion de l’information, du terrain au SIG,
- import/export : échanges des données.

4. Analyse spatiale des données :
- étude sur les distances pondérées et les modèles de déplacement
- modélisation préventive et prédictive,
- emploi des outils d’analyse spatiale (distance, analyse multicritères, aide à la décision, séries temporelles…).

5. Restitution et diffusion des données :
- questions des formes de restitutions par image et représentation (3D ou autres) vers des publics ciblés,
- rapport avec la nouvelle loi en archéologie (couches patrimoniales, atlas du patrimoine, etc.).

6. Stockage et archivage :
- mise au point de formats d’échange de données aisés, par exemple au moyen des dossiers mis en forme en XML.

Participation
- Peuplement et environnement de l’Antiquité aux temps modernes dans le bassin du Rhône moyen, essai quantitatif sur une micro région (Isle Crémieu),
- Histoire et modélisation des dynamiques socio-environnementales holocènes des paysages fluviaux de la Côte d’Azur,
- PCR Enceintes des hauteurs des Alpes-Maritimes,
- Bases de données du Patrimoine des Alpes-Maritimes,
- Occupation du sol et patrimoine archéologique dans la basse vallée de l’Argens,
- Projet européen NOE-Cartodata « Carte de risque du Patrimoine »,
- Programme international EARTH,
- GdR Traitement de l’espace des sociétés rurales anciennes (TESORA),
- Projet européen MEDA-IPAMED – Carte Informatisée du Patrimoine (Tunisie),
- Projet INTAS n° 840 Arménie – Geographic Information System for Armenian archaeological sites from the Paleolithic to the 4th century AD,
- Modélisation des sociétés héterarchiques de l’Age du Bronze au Sultanat d’Oman à partir des données du Ja’alan (Oman),
- Peuplement ancien du Makran côtier (Béloouchistan, Pakistan),
- Carte informatisée du patrimoine du Hadramaout Oriental (Yémen),
- Ulug Tépé et ses alentours (Turkménistan Central),
- Atlas archéologique des sites pré- et protohistoriques de la Syrie du Sud,
- Projet "Cartographie de Rājagaha et Nālandā ; passé, présent et future" (Bihar, Inde),
- Mission historico-archéologique de l’Université de Lecce (Arménie).

Organisation des stages et formations en France (écoles thématiques, ...) et à l’étranger (Jondanie, Tunisie, Syrie, Inde, Arménie, Turkmenistan)

Encadrement des étudiants en DEA ou thèse

Enseignement (CM et TD)

Master « Arch’héritage », Université de Nice Sophia Antipolis, Università degli Studi Gênes,

Master « Science des mondes Préhistoriques, Antiquités et Médiévaux », Université de Nice,

Licence Histoire Université de Nice Sophia Antipolis,

DEA "Environnement et archéologie", Universités Paris I, Paris VI, Paris X, Museum, INA, PG