Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Production et valorisation > Colloques 2011 > Colloques 2007 > Archéologie du poisson – exploitations et impacts, transformations et usages, paléoenvironnement

Archéologie du poisson – exploitations et impacts, transformations et usages, paléoenvironnement

XXVIIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, palais des congrès d’Antibes - Juan-les-Pins, 18-20 octobre 2007

30 ans d’archéo-ichtyologie au CNRS
hommage aux travaux de Jean Desse et Nathalie Desse-Berset.

Organisation :
Philippe Béarez, Sandrine Grouard, Benoît Clavel

Cette manifestation se place dans le cadre de la réunion d’un groupe de travail de l’ICAZ (Conseil international d’archéozoologie) sur les restes de poissons en contexte archéologique, lequel se réunit tous les deux ans. En effet, le Fish Remains Working Group (FRWG), regroupe un consortium international et pluridisciplinaire de chercheurs (archéozoologues, archéologues, zoologues, ichtyologues, biologistes marins, historiens et ethnologues) intéressés non seulement par l’étude des restes de poissons retrouvés en contexte archéologique dans le monde entier, mais aussi par la pêche, le commerce, les échanges, la consommation de poissons aux temps historiques et préhistoriques. Ce groupe international ne s’est plus réuni en France depuis plus de 20 ans (1983).

Depuis 1981 à Copenhague, les treize congrès bi-annuels ont été organisés par des membres de ce groupe de recherche, notamment à Sophia Antipolis en 1983, par Jean Desse et Nathalie Desse-Berset. Les congrès précédents ont essentiellement mis l’accent sur les méthodes en archéo-icthyologie, et ont régulièrement accueilli des travaux d’ostéométrie du poisson. Ils ont également permis de présenter des travaux sur la pêche, des études archéologiques régionales et des aspects particuliers de la biologie du poisson. Ainsi la pluridisciplinarité a été largement développée depuis les premières rencontres. Enfin, ces réunions ont pour but de diffuser les connaissances et les résultats issus des recherches archéo-ichtyologiques, notamment celles produites en commun. Ainsi, le deuxième, le troisième et le septième Congrès ont produit des Actes de Colloques.

Par ailleurs le thème de la mer et des ressources marines n’a plus été traité aux Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes depuis 1984 et 1985 (L’exploitation de la mer de l’antiquité à nos jours, I : La mer, lieu de production, II : La mer comme lieu d’échanges). Les Rencontres d’Antibes permettent de regrouper des acteurs pluridisciplinaires de l’archéologie et de l’histoire, sur des thèmes particuliers qui ne sont pas développés par ailleurs, comme la Mer, la pêche et le Poisson.

Le recoupement de ces deux évènements scientifiques permettra de réunir chercheurs et étudiants sur un thème large et ouvert : l’archéologie du Poisson. Ainsi, cette rencontre en 2007 à Antibes a pour but de permettre aux chercheurs, de divers horizons scientifiques ou culturels et de diverses origines géographiques, d’échanger autour des problématiques propres à l’archéo-ichtyologie et, de façon plus générale, à l’exploitation des ressources marines à travers le temps et l’espace.

En trois jours, les travaux seront présentés sous la forme de communications brèves (20 mn environ) ou de posters. Elles seront groupées selon les différents thèmes de recherche de la discipline et/ou selon les grandes provinces culturelles et géographiques. Des contributions dans les domaines suivants seront particulièrement bienvenues : • ostéométrie (bilan de 30 années de recherches) et méthodes en archéo-icthyologie ;
• méthodes et stratégies de pêche ; élevage ;
• préparations et commerce du poisson, transformations et usages ;
• offrandes et images du poisson ;
• impacts de l’Homme sur la paléobiodiversité et la structure et dynamique des communautés ichtyologiques ;
• le poisson en tant qu’indicateur en paléoécologie et paléoclimatologie ;
• Les contributions d’une plus large portée ou d’approche multidisciplinaire (telles que les ressources côtières ou les stratégies de subsistance marines) seront aussi encouragées, tant que l’objet principal d’étude restera le poisson.

Cette manifestation sera organisée en honneur à Jean Desse et Nathalie Desse-Berset, tous deux chercheurs du CNRS à Sophia Antipolis, pour leur influence déterminante dans le domaine de l’archéo-ichtyologie depuis 30 ans. Notamment, leurs recherches développent le thème des premières exploitations des ressources halieutiques dans des zones géographiques très différentes (côtes de l’océan Atlantique, Méditerranée, Mer d’Oman, Océan Indien et Polynésie). Leurs recherches méthodologiques ont permis la mise au point de modèles ostéométriques pour l’identification des espèces et la reconstitution des tailles et des poids des poissons archéologiques, mais aussi le problème de la saisonnalité des occupations humaines, principalement par lecture des lignes d’arrêt de croissance, d’ossements et otolithes de poissons. Précurseurs et ce, dès le premier congrès du FRWG en 1981 à Copenhague, leurs travaux ont fortement marqué la discipline, tant en France qu’au niveau international, et incité à son développement et à la naissance de nouvelles vocations. Cette rencontre sera l’occasion de leur rendre l’hommage qui leur est dû.

Pré-inscription (anglais) - 12.1 ko

Pré-inscription (français) - 11 ko

Affiche - 567.8 ko

Programme - 833.6 ko