Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Production et valorisation > Colloques 2011 > Colloques 2004 > Les agglomérations secondaires de l’Antiquité à la fin du Moyen-Age : sociétés, pouvoirs, territoires

Les agglomérations secondaires de l’Antiquité à la fin du Moyen-Age : sociétés, pouvoirs, territoires

UFR LASH 98, Bd Edouard Herriot 06200 NICE, 16-18 septembre 2004

Organisateurs : Pascal ARNAUD - Philippe JANSEN

La confrontation des résultats des études engagées en histoire antique et en histoire médiévale sur les questions des agglomérations secondaires, situées entre le village et le burg d’une part, la ville-centre (civitas antique et médiévale, capitale princièreou royale, grande ville marchande...) invite à approfondir, dans les réalités urbaines, la connaissance des phénomènes de relations sociales en termes de réseaux intra et inter-urbains, et la notion des formes de polarité et de commandement qui subordonnent une aire territoriale donnée à une ville. La théorie de Christaller sur les "lieux centraux", remise à l’honneur par l’école de géographie française depuis une vingtaine d’années et réactualisée à travers l’étude des flux et des réseaux de communication, est aujourd’hui réappropriée dans une dimension de géographie historique par les médiévistes. Elle est une base de l’analyse que l’on entend mener dans cette rencontre scientifique. Cependant, l’étude des relations spatiales et des rapports de fonctionnalités de la ville en direction de son plat-pays ne sauraient suffire, pour cette période, à rendre compte des évolutions du réseau. Il convient aussi de s’interroger sur les modèles de hiérarchie spatiale et les conditions de l’accès à la vie publique, qui diffèrent sans doute entre les villes de premier et de second rang.

Les communications proposées pourront s’ordonner autour de six thèmes différents :

·Du village à la petite ville ; les processus de croissance et de différenciation :

Analyse des facteurs d’émergence des villes par rapport aux bourgs et villages. Etudes des critères territoriaux, archéologiques et juridiques du statut des agglomérations dans l’Antiquité (Civitas, Burgus). Problème de la fixité du site d’habitat urbain depuis le XIè s. Pour la fin du Moyen Age, se pose la question du zonage social, de la distinction croissante entre quartiers riches et quartiers pauvres

·Affirmation et circulation des élites :

L’étude s’intéressera à l’importance et aux origines des groupes sociaux qui exercent une fonction dominante (par la richesse, le pouvoir ou la culture) dans la société urbaine et à leurs statuts juridiques. Au sein de ces groupes, on pourra étudier la représentativité des familles d’origine rurale, la structuration des liens de parenté et de dépendance, les relations d’élites à élites. On prendra en compte les relations économiques, financières et sociales que des familles urbaines entretiennent avec les habitants des campagnes.

·Circulation de l’argent et des biens :

L’approche recoupe les études sur la circulation de l’argent, du crédit. Elle repose aussi sur l’analyse des investissements des fortunes urbaines (fonciers, immobiliers, etc.), sur l’organisation du commerce. La question de la richesse de la terre est également centrale. L’étude ne peut, dans cette perspective, dissocier élites laïques et ecclésiastiques.

·L’expression de la culture urbaine dans les petites villes :

L’expression de la conscience urbaine est un facteur important de l’affirmation des collectivités sociales. On s’intéressera à l’expression volontaire et élaborée, voire littéraire, de ce sentiment collectif, mais aussi à ses manifestations plus spontanées. Cette approche n’est pas dissociable de l’étude des milieux producteurs de cette culture et de la capacité de la ville à exporter ses modèles et ses références, à travers des vecteurs qu’il convient de repérer.

·Les villes et le contrôle du territoire :

Il faut s’interroger sur les définitions de l’aire territoriale soumise juridiquement à une ville, et son adéquation ou non à un territoire de domination économique et sociale effective. Un second aspect est de savoir qui, à partir de la ville, contrôle le territoire alentour. Le rapport ville/territoire doit être envisagé aussi au niveau provincial pour mesurer les hiérarchies d’influences. Il s’agit de mettre en évidence l’existence de véritables réseaux urbains identifiés par une circulation abondante et régulière d’hommes, de biens et de pouvoirs entre ses différents pôles.

·L’exercice du pouvoir dans les petites villes :

L’approche repose d’abord sur une évaluation de la dialectique richesse/statut public/puissance politique : tous les instruments de domination sont-ils aux mains des mêmes groupes sociaux ou des mêmes familles, ou assiste-t-on au contraire à un partage ? Dans une perspective chronologique, l’interrogation invite à un examen minutieux de la place de l’aristocratie, des marchands et des métiers artisanaux dans la société des bourgs et des petites villes et des processus de renouvellement des élites détentrices du pouvoir. Au Moyen-Age la ville peut être aussi un centre de pouvoir dont le principe ne réside pas dans sa société : l’installation d’un prince et de sa cour dans la ville prise en considération ou dans une ville dominante voisine, ne peut pas être sans conséquences sur la hiérarchie sociale et le fonctionnement des élites.

DATE LIMITE D’INSCRIPTION ET DE PROPOSITION DE COMMUNICATION 31 MAI 2004

PROGRAMME : “ LES AGGLOMERATIONS SECONDAIRES DE L’ANTIQUITE A LA FIN DU MOYEN AGE ”

JEUDI 16 SEPTEMBRE 2004 (Salle de conférence B.U/ UFR LASH)

10 h accueil

10 h 15 - 12 h 15 Village, bourg, ville : les processus de croissance et de différenciation : Antiquité

Pascal ARNAUD - Philippe JANSEN, « Introduction » (10 h 15 - 10 h 45)

Laurent FOURNIER, Philippe SALÉ (INRAP), « Le site des “ Cormiers ” à Saint-Romain-sur-Cher : une dépendance domaniale à vocation artisanale. » (10 h 45 - 11 h 15)

Michiel GAZENBEEK (INRAP / MSH-Nice [CEPAM]), « Les Encourdoules, un village de l’âge du fer. » (11 h 15 - 11 h 45)

Discussion (11 h 45 - 12 h 15)

14 h - 15 h 30 Village, bourg, ville : les processus de croissance et de différenciation : Moyen Age.

Cesare LETTA (Univ. Pise), « Antinum. Naissance et décadence d’un municipium romain mineur de l’Italie centrale. » (14 h 15 - 14 h 30)

Giuliano PINTO (Univ. Florence), « Nascita ed affermazione dei centri minori della Toscana (sec. XI-XIII) » (14 h 30 -15 h)

Discussion (15 h - 15 h 30)

Pause (15 h 30 -15 h 45)

15 h 45 - 18 h 15 Les villes et territoire définition des espaces, formation des hiérarchies Antiquité.

Laurence LAUTIER (MSH-Nice [CEPAM]), « Les territoires des cités de Vence et de Briançonnet : bilan préliminaire sur les agglomérations secondaires. » (15 h 45 - 16 h 15)

Michel TARPIN (Université P. Mendès-France, Grenoble), « De la capitale au Vicus : un élément de gestion du territoire. » (16 h 15 -16 h 45)

Pause : (16 h 45 - 17 h)

Philippe BORGARD (Univ. de Provence), « Une petite cité. Reis Apollinaria. » (17 h - 17 h 30)

Francis TASSAUX (Univ. Bordeaux 3), « Agglomérations secondaires d’Aquitaine : hiérarchie et territoire. » (17 h 30 -18 h)

Discussion (18 h - 18 h 30)

VENDREDI 17 SEPTEMBRE 2004 (Salle de conférence B.U/ UFR LASH)

9 h Accueil

9 h - 12 h 30 Les villes et territoire définition des espaces, formation des hiérarchies, Moyen Age.

Jean-Luc FRAY (Univ. Clermont-Ferrand), « Petites villes, agglomérations secondaires, lieux centraux : réflexion conceptuelle et méthodologique à p. d’exemples français et allemands. » (9 h - 9 h 30)

Discussion (9 h 30 -10 h)

Pause (10 h - 10 h 15)

10 h 15 - 11 h 30 Circulations, Echanges, développement des villes.

Philippe LEVEAU (MMSH Aix-en-Provence), « La division des cités de la zone alpine de Gaule Narbonnaise : les agglomérations routières des provinces alpines et les origines du phénomène urbain dans les Alpes provençales. » (10 h 15 -10 h 45)

François WIBLÉ (archéologue cantonal, Valais), « Le rôle d’un axe routier “ international ” dans la romanisation des agglomérations secondaires : la cas du Valais. » (10 h 45 -11 h 15)

Discussion (11 h 15 - 11 h 30)

14 h 00 -16 h Circulations, Echanges, développement des villes.

Marinella PASQUINUCCI (Univ. Pise), « Les relations entre Portus Pisanus et Pise » (14 h 00 - 14 h 30)

Maria Raffaella CUICARELLI (Univ. Pise), « Hiérarchie des sites et dynamiques d’agglomération dans le Picenum méridional entre l’âge du fer et l’empire romain » (14 h 30 - 15 h)

Céline PEROL (Univ. Clermont-Ferrand), « Les villes secondaires de la Toscane Florentine (XIII-XVe s.) » (15 h 15 h 30)

Discussion (15 h 30 - 16 h)

Pause : (16 h 30 - 16 h 45)

16 h 45 - 18 h Villes et territoire définition des espaces, formation des hiérarchies.

Bernard RÉMY (Université P. Mendès-France, Grenoble), « Les élites du vicus de Genève (cité de Vienne) » (16 h 45 -17 h15)

Germain BUTAUD (MSH-Nice [CEPAM]), « Les élites des villes secondaires du Comtat Venaissin XIIIe-XIVe siècles » (17 h 15 - 17 h 45)

Discussion (17 h 45 -18 h 15)

SAMEDI 18 SEPTEMBRE 2004 (Salle du Conseil UFR LASH 1er étage bât.A)

9 h -10 h 30 Villes et territoire définition des espaces, formation des hiérarchies.

Pierre LAFARGUE (Univ. Lyon 2), « Les Chambériens et la tentation du pouvoir : naissance et affirmation d’un réseau urbain à la fin du MA » (9 h - 9 h 30)

Isabella LAZZARINI DEL DEBBIO (Ecole Normale Supérieure de Pise), « Villes capitales et villes dominées. Les élites politiques locales et le pouvoir du prince dans l’Italie du Nord (XIVe-XVe siècles) » (9h30 - 10 h)

Discussion : (10h - 10h30)

Pause : 10h30 - 10h45

Table-ronde plénière et conclusions :10 h 45 -12h