Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Production et valorisation > Thèses soutenues > La feuille 1:50000 de Zaouiet Medien (Tunisie n-o) : Étude archéologique à travers un Système d’Information Géographique (S.I.G.) de la protohistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge

La feuille 1:50000 de Zaouiet Medien (Tunisie n-o) : Étude archéologique à travers un Système d’Information Géographique (S.I.G.) de la protohistoire jusqu’à la fin du Moyen Âge

GHOZZI Faouzi
Directeurs de thèse : Pascal Arnaud, Fathi Bejaoui, Université : Nice - Sophia Antipolis

Date d’inscription : 09/09/2002
Date de soutenance : 1/12/2006

L’information relative au territoire, (ou information géographique) prend de plus en plus de l’ampleur et devient précieuse et indispensable dans toutes les études à caractère spatial entres autres les études de monographie régionale et qui ont pour fin l’évaluation de l’implantation humaine en tel endroit et à travers l’histoire.

Cette importance est due essentiellement à la globalisation des phénomènes qu’il faut prendre en compte aujourd’hui. La valeur stratégique de ce type d’information consiste à chercher, identifier, expliquer, estimer, prévenir, et évaluer... la possibilité d’un passage faiblement ou fortement marqué par l’être humain dans le temps et dans l’espace.

Ce qu’on appelle aujourd’hui la ou les sciences de l’information géographique, regroupent un ensemble de domaines : Le ou les SIG, la télédétection, sciences de la terre (géologie), photogrammétrie, GPS (Global Position System)...etc. Le travail collectif de ces sciences consiste à localiser éléments et phénomènes spatiaux et les transformer en information numérique organisée appelée souvent « BASE DE DONNEES » exploitable pour l’analyse, la visualisation à une échelle planétaire ou d’ordre parcellaire, et dont le SIG joue un rôle intégrateur des informations et des apports disciplinaires.

La région de Zaouiet Medien, située à une centaine de kilomètre au nord ouest de Tunis (Tunisie), était l’objet d’une étude préliminaire dans le cadre de notre DEA (2001-2002), où l’information géographique était le fil conducteur vers la plupart (si ce n’est pas tous) des résultats d’analyses obtenus. Cette région fait encore cet objet d’étude pour notre thèse de doctorat en Histoire à l’Université de Nice Sophia-Antipolis sous la direction du professeur M. Pascal Arnaud, M. Gourguen DAVTIAN, et M. Fathi BEJAOUI.

Le bilan de cette étude préliminaire, montre que la région étudiée, et contrairement à ce qui est connu, a malgré tout une certaine richesse archéologique prouvée sur le terrain par la prospection d’une vingtaine de sites sur un total de 149 recensés dans l’Atlas Archéologique de la Tunisie. Ces sites sont situés sur trois zones choisies à titre de sondage par critères géographiques : Piémont, montagne, et vallée . Ce choix de trois zones avait également pour fin de vérifier un modèle prédictif élaborée sur les 2/3 de la zone étudiée, et dont les couches environnementale que nous avons créées sont d’une qualité modeste, et elles sont lacunaires. Nous ne prétendons certainement pas, cette fois-ci, avoir en disponibilité toutes les données dont nous avons besoin, mais nous avons au moins la certitude d’aboutir à des résultats beaucoup plus fiables. Pour ces raisons et autant d’autres , nous reprenons l’étude de la région en utilisant la base de données de cartographie numérique fournie par le CNT en Tunisie, (Centre National de Télédétection), quelques photos aériennes fournies par l’OTC (Office de la topographie et de Cartographie en Tunisie) . Nous avons-nous-même crée les couches géologiques d’une manière beaucoup plus soignée, couvrant toute la feuille à étudier, et à partir de la carte géologique plus récente (1990) de l’OTC (département de la géologie) . Le but sera donc de modéliser, analyser l’espace géographique à laide de représentations d’instruments entièrement numériques, entre documents scannés, documents spatiaux (images satellite), et ceux crées à la suite d’un travail de digitalisation.

Nous adoptons pour l’étude en question, les points d’ensemble suivants : ...à compléter..