Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Édition scientifique > Autres publications archéologiques > Vers une anthropologie des catastrophes

Vers une anthropologie des catastrophes

Sous la direction de Luc Buchet, Catherine Rigeade, Isabelle Séguy et Michel Signoli

9e Journées Anthropologiques de Valbonne (22-24 mai 2007)

Les catastrophes, ou événements perçus ou nommés comme tels, sont aujourd’hui un objet d’étude en sciences humaines et sociales. Pour autant, le sujet est loin d’être épuisé, ne serait-ce que parce que la catastrophe englobe, à la fois, des facteurs déclenchants, tels que les phénomènes naturels, les agents biologiques, les conditions politico-économiques, etc., et les conséquences dramatiques qui peuvent en découler. La notion de catastrophe demeure pour le moins complexe. Perçue au travers d’un double prisme, celui des contemporains qui ont à la subir et celui des historiens qui ont à la dire, elle varie non seulement selon les époques, mais aussi en fonction de l’aléa, du risque accepté et du degré de vulnérabilité des populations. Elle varie aussi selon les capacités de résilience qu’autorise le modèle socio-économique et en fonction du degré d’entraide collective ou institutionnelle qui peut être mis en place.
Conformément à l’esprit des Journées anthropologiques de Valbonne, un espace de discussion et d’échanges a été offert aux chercheurs autour de ce thème. Si les historiens se sont intéressés depuis longtemps aux textes relatant des catastrophes, les archéologues et les anthropologues en ont, de leur côté, une vision quelque peu déformée ; les observations et les artefacts archéologiques révèlent les conséquences d’un événement traumatique, sans toujours laisser entrevoir ses causes réelles.
Jusqu’à présent, rares avaient été les confrontations entre les différents acteurs de ces recherches. Aux côtés des anthropologues, des archéologues et des historiens, se sont regroupés des philosophes, sociologues, médecins légistes, géographes, démographes…
Cet ouvrage résulte d’un exceptionnel moment de partages et de réflexions collectives.

PDF - 246.3 ko
sommaire