Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Édition scientifique > Collection d’études médiévales > L’hérétique imaginé

L’hérétique imaginé

Alessia Trivellone

Hétérodoxie et iconographie dans l’occident médiéval, de l’époque carolingienne à l’inquisition.

Collection d’études médiévales n° 10
ISBN 978-2-503-52838-0
2010, 494 p.
_L’hérésie médiévale est depuis quelques années au cœur d’un débat historiographique très vif. Toutefois, le thème n’avait jamais été abordé de manière systématique à partir des images. Le livre d’Alessia Trivellone vient combler cette lacune, en étudiant l’ensemble des représentations d’hérétiques dans l’Occident médiéval, tous supports confondus, depuis leur apparition au tournant des VIIIe et IXe siècles jusqu’au premier tiers du XIIIe siècle, à la veille de la création de l’Inquisition. Grâce à la mise en place d’une méthodologie rigoureuse, l’imaginaire médiéval lié à l’hérésie est ainsi saisi à travers les représentations d’hérétiques élaborées au sein des milieux orthodoxes. L’analyse des images permet de suivre l’actualisation, opérée aux XIe et XIIe siècles, des définitions de l’hérésie fournies par les écrits des Pères, ainsi que l’apparition, entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle, d’une idée abstraite d’hérésie, désormais conçue comme une épreuve nécessaire en vue du salut. Au cours du premier tiers du XIIIe siècle, un autre changement se dessine : la référence à l’Antiquité et le recours aux personnifications disparaissent de l’iconographie pour faire place à la représentation de groupes hérétiques contemporains, représentés en train d’accomplir les rites dont ils sont accusés ou de subir les châtiments auxquels ils ont été condamnés. Ce livre propose donc une histoire de l’idée d’hérésie à travers le prisme des images, une histoire qui constitue l’arrière-plan idéologique de la lutte antihérétique au sein de la société occidentale.

L’auteur Après une laurea en histoire de l’art à l’Université de Rome « La Sapienza », Alessia Trivellone a soutenu en 2005, au Centre d’Études Supérieures de Civilisation Médiévale (Université de Poitiers / CNRS), une thèse de doctorat sur l’iconographie de l’hérétique. Actuellement chargée d’enseignement à l’Université de Nice et associée au CEPAM (Université de Nice / CNRS), elle mène une recherche post-doctorale, dans le domaine de l’iconographie médiévale, au sein de l’UMR ARTeHIS 5594 (Université de Dijon / CNRS).