Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Annuaire > JACQUEMARD Natacha

JACQUEMARD Natacha

Doctorante - UNS - Institut Pasteur
Dynamique des Peuplements et des Paysages

contact : natjacquemard@aol.com

Sujet de thèse : Paludisme, fièvres et tableaux pluripathologiques sur les populations de passé

Directeurs de thèse : Luc Buchet et Annick Opinel

Date d’inscription : octobre 2009

Notre travail de recherche est axé sur l’épidémiologie et les interactions des pathologies infectieuses et parasitaires sur les populations humaines du passé. Nous nous intéresserons plus particulièrement au paludisme, fièvres, typhoïde, et leptospirose sans pour autant négliger l’existence d’autres pathologies si nous parvenons à les mettre en évidence.
L’approche pluridisciplinaire de ce travail : historique, anthropologique, et biologique mettra en œuvre les méthodes associées à ces disciplines :
-  l’analyse et l’étude des sources écrites historiques ;
-  l’étude macroscopique, histologique et radiologique des squelettes mettant en œuvre les méthodologies classiques de la paléopathologie ;
-  l’étude par la biologie moléculaire des agents infectieux à partir des squelettes (ADN ancien). A cet égard nous mettrons en œuvre les techniques les plus récentes et les plus pertinentes : extraction de l’ADN, amplification PCR et séquençage.
Nous utiliserons également toutes les méthodes récentes et à venir susceptibles de compléter notre travail.
L’objectif est de tenter d’appréhender l’état sanitaire, en dressant les tableaux pluripathologiques des populations intéressées, et d’en déduire les conditions sociales. Nous évaluerons également l’impact démographique de ces phénomènes. Même si notre étude doit porter a priori, dans un premier temps, sur des populations historiques, voire contemporaines, notre but est de modéliser et projeter les données collectées et analysées sur des populations plus anciennes, notamment médiévales, voire antérieures.

mots clés : paléo-épidémiologie, paludisme, complexes pathogènes, ADN ancien.

Communications
• Séminaire commun du Centre de recherche historique de l’Institut Pasteur et du Centre Georges Canguilhem, Paris, Les environnements des maladies tropicales, avril 2009 :
Paludisme et fièvres intermittentes aux XVIII et XIX siècles : approche anthropologique sur des crises méconnues.
• Colloque du Groupe des Paléopathologistes de Langue Française, Toulon, mars 2010 :
L’ADN ancien : une méthode de choix pour la mise en évidence du paludisme sur les populations archéologiques.
• IIIe Colloque international du groupe d’histoire des zones humides, Zones humides et villes d’hier et d’aujourd’hui : des premières cités aux fronts d’eau contemporains, Valenciennes, mars 2010 :
La peste des rizières à Thiers en 1741.
• Annual Conference GAO ( Gradual archeology Oxford), Death destructions downturn, the archeology of crises, Oxford, avril 2010 :
A combined approach coupling direct and indirect methods for trace malaria in past populations.
• Séminaire commun LAMPEA et Adaptabilité Biologique et Culturelle, MSH Aix en Provence, avril 2010 :
Paléo-épidémiologie du paludisme. Pourquoi ? Comment ?