Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Annuaire > TOMASSO Antonin

TOMASSO Antonin

Doctorant - UNS
Préhistoire et Ethnoarchéologie : systèmes techniques, espaces sociaux, transferts

mail : nintomasso@gmail.com
tél : 04 89 88 14 00

Sujet de thèse : Territoires, systèmes de mobilités et systèmes de production. La fin du Paléolithique supérieur dans l’arc Liguro-provençal.

Directeur de thèse : Didier Binder
Codirecteur : Carlo Tozzi (Université de Pise) - (Cotutelle)

Date de début : 21/01/2010

La thèse engagée en cotutelle à l’Université de Nice et à l’Université de Pise, sous la direction conjointe de Didier Binder (CEPAM) et de Carlo Tozzi (Université de Pise) a pour objet l’étude des sociétés épigravettiennes de l’arc liguro-provençal (Provence orientale, Ligurie et Toscane septentrionale, entre 20 000 et 10 000 BP environ). Cette thèse est largement intégrée dans le cadre du PCR ETICALP dirigé par D. Binder.

Dans un contexte de changement climatique majeur (passage du Pléniglaciaire würmien à l’Interglaciaire holocène) qui implique des modifications importantes de l’environnement (faune, végétation) et de l’espace disponible (montée du niveau marin, recul des glaciers d’altitude), les sociétés épigravettiennes semblent évoluer de manière continue, sans rupture apparente.

L’arc liguro-provençal qui constitue le cadre de cette étude est caractérisé par une grande diversité de milieux et par la présence de reliefs qui contraignent l’organisation des territoires. Les ressources en silex (et autres roches exploitables dans le cadre des débitages paléolithiques), ont par ailleurs une répartition discrète et contrastée. La variété des ressources est remarquable en termes de qualité comme de quantité. Les contextes de formations très variables dans le temps et dans l’espace définissent des matériaux bien identifiables. Ces ressources sont relativement bien connues du coté provençal grâce aux prospections effectuées au CEPAM depuis 1991 sous la direction de Didier Binder ainsi que par Patrick Simon au Musée d’Anthropologie Préhistorique de Monaco. La Ligurie nécessitera en revanche un travail important de prospection.

Cette étude prendra donc largement en compte la question de l’approvisionnement et de la gestion des matières premières dans le cadre de la chaîne opératoire lithique. Les sites considérés dans cette étude décriront l’ensemble de la séquence épigravettienne et la variété des situations géographiques ; on cherchera également à associer des sites à stratigraphie longue et d’autres plus ponctuels. Chaque industrie est triée par groupes de matières premières qui font ensuite l’objet d’une lecture technologique. Cette approche permet une comparaison des traitements appliqués aux différents matériaux (état d’arrivée sur le site, gestion et type de production, utilisation, éventuellement emport d’une partie de la production). Les contrastes (ou l’absence de contraste) constatés permettront d’appréhender l’organisation territoriale des groupes.

Parallèlement, et pour mener à bien ce projet, un travail de synthèse concernant les ressources lithiques de l’arc liguro-provençal est engagé. Un programme de prospections thématique est organisé en Ligurie, dans le cadre du PCR ETICALP et en collaboration avec l’université de Gênes.