Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Annuaire > GUILLON Sébastien

GUILLON Sébastien

Doctorant-UNS
Gestion des Ressources Naturelles, Environnements et Sociétés

guillon@cepam.cnrs.fr

Thèmes de recherche :

- Dynamique de la biodiversité Holocène : Analyse de l’interaction Homme/Milieu dans des enregistrements polliniques du sud de la France (delta de la Cagne et du Loup ; Alpes maritimes)

- Analyse de la sédimentation et du transport des pluies polliniques modernes en contexte fluviatile : approche méthodologique visant à quantifier la pluie pollinique actuelle en termes de production pollinique, de transport (atmosphérique, fluviatile) et de sédimentation (approche du principe de la remise en suspension du matériel sporopollinique au cours des crues et de la dynamique sédimentaire deltaïque).

Thèse de doctorat : « Histoire Holocène de l’anthropisation du couvert végétal des bassins versants du Loup et de la Cagne (Alpes maritimes, France), d’après la palynologie. »
Directeurs : Didier Binder (CEPAM/CNRS ; Valbonne) et Hervé Richard (Chrono-environnement/CNRS ; Besançon)
Tuteur : Jean-François Berger (CEPAM/CNRS ; Valbonne)
Université de Nice Sophia Antipolis.

Résumé :
Les études sur l’histoire de la végétation permettent d’estimer l’évolution des écosystèmes en relation avec les changements climatiques et/ou l’action de l’homme. Pour la période qui correspond aux 8 derniers millénaires, elles ont montré que l’analyse des perturbations (défrichements, feux, pâturage, mises en culture, etc.) est essentielle pour comprendre les processus écologiques qui ont contribué à façonner les paysages méditerranéens et à déterminer la composition des communautés végétales actuelles.
La problématique de cette thèse intéresse l’évolution des sociétés paysannes et leur rapport à la végétation ainsi que le rôle de l’interaction entre sociétés et climat sur les enregistrements palynologiques à haute résolution chronologique de plusieurs séquences sédimentaires côtières de la Côte d’Azur. Jusqu’au Néolithique, les environnements naturels sont subordonnés, pour l’essentiel, au forçage climatique ; ils sont caractérisés par des dynamiques lentes et une faible participation anthropique. Depuis huit millénaires environ (début du Néolithique), la déstabilisation puis l’artificialisation de l’environnement par la pression anthropique amplifient leur sensibilité aux pulsations climatiques et aboutissent, à plusieurs reprises, à des « ruptures » plus ou moins brutales dans le fonctionnement des géo-écosystèmes continentaux nord-méditerranéens. Ces dernières sont différemment aggravées ou contrôlées selon l’amplitude et l’échelle des variations du climat, l’état des couvertures pédologiques et végétales, sous influence directe des modes et rythmes agro-pastoraux et de la fréquence des incendies de forêt.