Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Production et valorisation > Thèses soutenues > Les écrits antihérétiques fin 12e - début 13e siècle. L’apport de l’édition de trois traités (Madrid, BN 6911 ; Reims, BM 495 ; Troyes, BM 1068).

Les écrits antihérétiques fin 12e - début 13e siècle. L’apport de l’édition de trois traités (Madrid, BN 6911 ; Reims, BM 495 ; Troyes, BM 1068).

Claire Goiran
Directeur de thèse : Monique Zerner, Université : Nice Sophia-Antipolis

Date de soutenance : 25/10/2007
Date d’inscription : 09/09/1999

La recherche a pour objet les polémiques antihérétiques en Gaule méditerranéenne de 1130 à 1230.

Le travail est basé sur l’édition scientifique de trois traités antihérétiques anonymes et inédits contenus dans des manuscrits conservés à la Bibliothèque Nationale de Madrid (ms 6911), dans les bibliothèques municipales de Reims (ms 495) et Troyes (ms 1068). Ce travail d’édition et de présentation codicologique des manuscrits constitue un volume de la thèse. L’autre volume est le résultat d’un travail d’analyse de ces traités. L’étude menée à partir de cette édition a permis tout d’abord d’apporter un éclairage nouveau sur la compréhension de la construction du discours sur, ou plutôt contre l’hérésie. Jusqu’à présent, ces traités ont été principalement utilisés dans les recherches d’A. Dondaine, Ch. Thouzellier et A. Cazenave, des années 1950 aux années 1990. Ils partaient de l’idée que ces traités constituaient un compte rendu fidèle d’une hérésie cathare constituée comme une vraie religion, avec un dogme fixé, et ils cherchaient à identifier nommément les auteurs catholiques à l’origine de ces traités. Cet a priori de départ a été refusé, et le choix a été fait de chercher ce que les textes eux-mêmes pouvaient nous apporter pour comprendre la vision de l’hérésie qu’avaient les hommes qui ont pris la peine de composer ces traités. Il apparaît que l’on peut comprendre ces traités comme un ensemble de chapitres vus comme une série de problèmes qui peuvent se poser à propos du dogme catholique, problèmes qui ne sont pas envisagés comme solidaires les uns des autres mais comme susceptibles de se poser de façon autonome, comme le montre l’emploi d’expressions du type « certains hérétiques ». Ces traités ont été rédigés par un compilateur plus que par un auteur, puisqu’il s’agit de textes qui sont constitués par l’organisation d’autorités réparties par thèmes. Il apparaît ensuite que le but de ce compilateur n’était pas, malgré l’emploi du style direct dans le discours, de « polémiquer » avec d’éventuels hérétiques, mais plutôt d’informer, d’aider dans leur tâche les hommes qui risquent le plus de se trouver au contact du danger hérétique, ou plus simplement les hommes qui peuvent avoir besoin de répondre à un questionnement de chrétien sur un aspect du dogme catholique. Ces hommes, ce sont les prêtres avec charge d’âme. C’est pour cette raison le terme de « polémique » qui était pourtant accolé à ces traités depuis leur découverte esqt abandonné. Ces trois textes ne présentent, sur chaque thème, que des lieux communs, donnant aux traités une image atemporelle. Cela peut paraître étonnant de prime abord, mais cela s’éclaire assez bien si l’on considère que ces traités sont avant tout des ouvrages de vulgarisation qui ont été composés pour des prêtres considérés a priori comme ignorants par les clercs passés par les écoles.

A côté de ces conclusions « générales », on peut saisir, par delà leurs nombreux points communs, l’individualité, les particularités de chacun des trois traités L’évolution entre Madrid, Reims et Troyes suit une logique de simplification des textes pour aboutir à des oeuvres plus « pratiques », plus synthétiques, et donc plus facilement abordables Du point de vue thématique, on voit apparaître l’évolution des priorités, les changements de cap opérés par les compilateurs de Reims et Troyes, à partir de Madrid. En observant les thèmes qui sont sacrifiés d’un traité à l’autre et ceux qui sont plus soignés, on arrive à montrer l’évolution des priorités entre M, R et T. Pour les trois traités, il y a un thème crucial, qui tourne autour de l’ecclésiologie et des sacrements, un thème a le vent en poupe et est de plus en plus soigné : le dualisme, enfin, des thèmes sont en perte de vitesse : ceux qui sont en relation avec le sacerdoce ainsi que le serment et l’homicide.