Partenaires

logo CNRS - Centre national de la recherche scientifique
logo UNS - Université de Nice Sophia-Antipolis
logo Cultures et Environnements Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge - CEPAM - UMR 7264



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Production et valorisation > Thèses soutenues > Identités et transferts culturels dans le domaine circum-alpin, fin du Ve millénaire IVe millénaire, l’exemple des productions céramiques du complexe chasséen

Identités et transferts culturels dans le domaine circum-alpin, fin du Ve millénaire IVe millénaire, l’exemple des productions céramiques du complexe chasséen

LEPÈRE Cédric
Directeur de Thèse : Didier Binder, Université : Aix-Marseille I

Date d’inscription : 01/11/2004
Date de soutenance : 10 décembre 2009 à 14h00
Contact : lepere@cepam.cnrs.fr

La Provence est une zone clef pour la compréhension du Chasséen méridional dont la définition est fortement marquée par la diffusion de productions lamellaires en silex bédoulien du Vaucluse. Paradoxalement, les productions céramiques de cette zone sont mal documentées, faute d’études exhaustives, alors que ce matériau est généralement privilégié pour définir ce complexe. Leur étude paraissait alors primordiale pour appréhender la dynamique du « monde chasséen méridional ». Afin d’isoler les domaines sur lesquels s’exerce la variabilité, l’étude s’est orientée vers une caractérisation globale des chaînes opératoires, par des méthodes analytiques à faible grossissement, seules capables d’aborder un corpus composé d’une centaine de sites représentatifs de la documentation provençale. Des approches expérimentales novatrices concernant les traitements de surface, particulièrement investis durant cette période, ont participé à la création de typologies disjonctives facilitant la comparaison terme à terme des différents secteurs de l’étude. Cette méthode a permis de sélectionner les entités les plus fiables qui ont fourni une base solide à la construction, par la statistique, d’un cadre chronologique comprenant au moins 6 étapes qui se développent entre 4250 et 3300 av. J.-C. environ. Les croisements de données soulignent les rôles contrastés de la céramique en fonction du statut des sites. La cartographie des caractères isolés en Provence amène ensuite progressivement à reconsidérer les identités du Chasséen provençal. Elle suggère, par ailleurs, une modification des pôles d’influences régionaux, qui conduit à une dissociation des domaines provençal et languedocien.

Mots-clefs : Néolithique, Chasséen, Provence, céramique, typologie, technologie, modèles expérimentaux, traitements de surface, statistiques, statuts des sites, interculturalités.

Soutenance - 1.4 Mo